Haute Tension – Alexandre Aja

Haute Tension est certainement le film qui a fait remarquer Alexandre Aja et qui lui a donné un ticket pour les États-Unis, où il a dirigé le remake de La Colline A des Yeux de Wes Craven, puis Mirrors (qui vient de sortir et qui est le remake du sud-coréen Into the Mirror) et bientôt le reremake du Piranha de Joe Dante.

Ça fait un peu beaucoup de remakes, mais c’est lui qui voit, hein. En même temps, sa version de La Colline A des Yeux (je n’ai pas vu l’original) était franchement bien foutue. Sec et violent. Mais on est pas là pour parler de ça.

Comme pour ses autres films, il a co-écrit le scénario avec son pote Grégory Levasseur (à vrai dire, j’en sais rien du tout s’ils sont potes, mais je suppose très fortement).

Haute Tension nous narre les aventures rocambolesques de deux jeunes filles, Marie (Cécile de France) et Alex (Maïwenn Le Besco), venues réviser à la campagne, dans la maison des parents de cette dernière, en vue des exams.

Mais voilà-t-y pas que la nuit venue, un type sonne à la porte, et se met à massacrer toute la famille. Toute ? Non. Alex est enlevée par le sinistre individu (Philippe Nahon) et surtout, surtout, le meurtrier ignore que Marie est là et se cache. Et qu’elle est prête à tout pour sauver sa meilleure amie.

Voilà qui apporte un angle d’attaque intéressant. On n’a pas juste des jeunes filles qui essayent de survivre à un maniaque. Là, c’est l’une des proies potentielles, seule, qui prend en chasse le prédateur. C’est la souris qui court après le chat, mais le chat reste le danger principal pour la souris (vous dites, si mes métaphores puent, hein).

Sur cette trame inversée, Aja et Levasseur tisse un survival classique mais très efficace et très réussi. Les scènes de meurtres sont particulièrement gore, le suspense est au rendez-vous…

Côté réalisation, les images sont léchées, que ce soit dans les plans larges et éclairés du début ou dans les scènes sombres et sanglantes. La beauté des images fait d’autant mieux ressortir la beauté des paysages ou l’horreur des massacres.

Haute Tension est donc une excellente pelloche, très bien troussée…

** ATTENTION SPOILERS ** … jusqu’au twist final inattendu et renversant.

Et c’est bien là que le bât blesse. Car si les deux compères avaient peut-être cette idée en tête dès les prémisses de leur projet et qu’elle a pu guider la forme inversée de la chasse mise en scène, il se trouve que ce coup de théâtre semble déplacé et remet en cause beaucoup de scènes vues précédemment. En effet, à moins d’être indulgent et de considérer que certains passages sont tout bonnement issus de l’imagination de Marie, tout ceci ne tient pas vraiment la route. C’est dommage.

On a un peu l’impression d’avoir affaire à deux films, non pas qui s’alternent ou se suivent, mais se superposent, s’entremêlent. Il y a un bon film d’horreur classique avec scènes chocs, et puis un film avec twist très intéressant également, mais qui ne fonctionne pas sous cette forme. Il fallait se décider pour l’un ou l’autre.

Cela dit, ne boudons pas notre plaisir. ** FIN SPOILERS **

Haute Tension est un film à voir par tout amateur de cinéma de genre et il montre tout le savoir-faire d’Alexandre Aja, qu’il confirmera dans La Colline A des Yeux. (Pour Mirrors, c’est une autre histoire.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :