Utopiales 2008 : compte rendu

Voilà, l’édition 2008 du Festival International de Science-Fiction de Nantes, alias les Utopiales, est terminée. C’était le week-end dernier, du jeudi au dimanche (ce qui fait un peu plus qu’un week-end, certes).

Je ne suis allé voir aucun film, n’ai assisté qu’à une seule table ronde, et à aucune conférence, et ai quand même un peu regardé les expos. N’empêche que c’était bien sympa malgré tout. Le truc est énorme et pas forcément toujours très palpitant, mais passer du temps avec les potos, au bar ou en promo, c’est rigolo (ho ho ho !).

Ça permet de retrouver du monde, de faire de nouvelles rencontres (ça sonne un peu Meetic, non ?) et de passer du bon temps.

J’ai réussi à ne pratiquement pas m’ennuyer pendant ces quatre jours. Il faut dire qu’avec la fine équipe de Griffe d’Encre, on faisait des opérations potiches promo tous les jours à l’espace SNCF de la librairie géante installée pour l’occasion (d’ailleurs, merci les gens de la seuneuceufeu pour les bonbecs, les gâteaux et les ecstas… mais il manquait les bières, quand même). L’occasion de poser son derrière dans des fauteuils confortables et de discuter (voire dormir) avec les autres auteurs et les gentilles* éditrices.

Activités que l’on pratiquait également au bar de Madame Spock, les bières en plus.

J’ai été plus que jamais sollicité pour des dédicaces (j’ai bien signé 15-20 bouquins, un truc de malade, quoi), à l’espace SNCF mais surtout sur le stand de Mille Saisons. Bon, au début j’étais un peu en panne de petites phrases à mettre, mais j’ai essayé de me rattraper par la suite.

J’ai quasiment rien acheté comme lectures, mais c’est parce que j’ai une pile à lire qui m’attend à la maison et qui ne baisse jamais. Donc en attendant qu’elle diminue un peu, je gèle les acquisitions. Déjà, aux dernières Imaginales, j’ai pas acheté tous les bouquins que j’avais prévus. Là, je suis tout de même reparti avec deux numéros de Black Mamba qui me tentaient depuis un temps, profitant que je rencontrais pour la première fois son boss Laurent Girardon, ainsi que Les Perles d’Allaya, de l’innénarrable Gabriel Féraud.

Le vendredi a été l’occasion d’assister au double-sacre de l’amie Draco (Jeanne-A Debats), pour sa novella La Vieille Anglaise et le continent. Prix Julia Verlanger et Grand Prix de l’Imaginaire catégorie nouvelle francophone, excusez du peu. Après ça, crêperie puis petit tour au Lieu Unique pour une soirée Lemno’s Club. Accompagné de Guillaume Suzanne et Zariel (respectivement auteur et illustrateur des Poubelles pleurent aussi, qu’il faut que je lise), on a croisé des chercheurs de Caisse d’Épargne et des voleurs de bière. Tout un programme.

Le samedi, histoire de s’en mettre plein le gosier, on (d’autres on) a profité du cocktail des Utopiales. Champagne et petits fours ! (« Ah non, monsieur, c’est du pétillant. » « Merde. Pas grave, remplis quand même. ») Non mais je me suis tenu, hein. Et c’est pas pire, y avait Du Welz (président du jury cinéma) qui fouillait dans les gamelles. Sorti de là, je suis allé faire un tour au concert du Naheulband. Je ne connaissais pas, j’avais même un petit a priori négatif, mais finalement j’ai bien aimé leur musique (j’aime bien les instruments médiévaux, pour peu que ce soit festif). Je me suis quand même cassé assez vite, n’ayant trouvé personne avec qui entamer un pas de danse.

À part ça, on déplorera tout de même l’absence notable de l’Absurde Soirée, qui avait permis les années précédentes de voir Turkish Star Wars, Black Sheep et autres pépites (tantôt géniales, tantôt nanardesques) du genre. Apparemment, les responsables des Utos n’en veulent plus. C’est bien dommage.

Voilà. Y avait plein d’autre monde aussi, mais je vais pas faire la liste. J’ai appris quelques bonnes nouvelles, eu vent de travaux en cours… Comme d’hab, ça m’a redonné un petit coup de boost pour l’écriture et pour mes projets afférents – même si là je n’en ai pas vraiment besoin. Voir les gens en vrai, ça fait quand même du bien.

Et tout s’est fini dimanche soir, sur fond de karaoké géant où des chanteurs en herbe reprenaient fort (et faux) des génériques de dessins animés.

À l’année prochaine.

* Suis obligé de préciser, c’est dans mon contrat.

Publicités

6 Réponses to “Utopiales 2008 : compte rendu”

  1. Waaaah !

    Je savais que j’aurais du venir,

    ça avait l’air troooop bien :D

    tant pis, un jour, je viendrai… oh oui ! Un jour, je le jure, je viendrais !!

    gnark !!

  2. Bah oui, faut que tu l’essaies au moins une fois. Les années d’avant j’allais voir quelques films, mais là j’avoue que je trouvais toujours du monde avec qui traîner. Y avait quand même quelques films qui me tentaient, mais bon.

  3. Personne pour danser avec toi ? Les Uto ne sont donc plus traversées que par de vieilles harpies coincées (ou alors tu étais avachi au mousseux et personne n’aurait put e décoller).

  4. J’étais certes un peu imbibé, mais rien qui put m’empêcher de faire trois pas avant de m’effondrer. A vrai dire, je crois que personne ne dansait. Et pour être honnête, j’ai bien vu Lucie C. et Nathalie D. au loin, mais il était temps pour moi de rentrer.
    Il n’y a donc pas que des harpies, et il n’est pas rare de croiser quelques sirènes.

  5. T’1, marre de rater les Utos, moi :(

  6. Pourtant ils les font rarement par surprise… ]:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :