Le Chemin des ombres – Jérôme Noirez

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de bouquin jeunesse. (Faux : y a un an, je lisais Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants, de Terry Pratchett, mais c’est une entame comme une autre, hein.) Et celui-là, c’est un peu par hasard que je m’y suis mis, vu que je l’ai gagné (sur actusf, je crois). Donc, un peu par hasard, parce que 1) j’ai quand même fait exprès de jouer au concours et 2) je gagne souvent aux concours – mais pas à l’Euromillions, dommage. Et 3) il me tentait tout de même un peu. À cause de l’auteur.

Jérôme Noirez est l’auteur de la déviante, bizarre et excellente trilogie de fantasy (qui n’en est pas) Féerie pour les ténèbres – éditée chez Nestiveqnen, et bientôt revue, corrigée et rééditée en bilogie chez Denoël/Lunes d’Encre. Il a également commis chez ces derniers le roman Leçons du monde fluctuant, qui lui m’avait déçu. J’avais peut-être des attentes particulières après la trilogie susmentionnée, et je n’avais pas réussi à m’embarquer vraiment dans sa fantasy lewis-carrollienne un peu répétitive (et peut-être un peu plus sage ?). J’ai également bien apprécié ses nouvelles chez Griffe d’Encre : « L’Abattoir aux marmots » (anthologie Aube & Crépuscule) et l’über-délirant « L’Apocalypse selon Huxley » (anthologie Ouvre-toi !).

Le sieur aime bien les monstres étranges, les aberrations de la chair et, d’une manière générale et pour faire simple, tout ce qui est cracra. OK, c’est très réducteur. Disons une forme de grotesque et de burlesque. ‘Fin bref.

On retrouve sa patte dans ce roman pour adolescents. Et même si c’est moins outrancier que dans Féerie pour les ténèbres (public oblige ?), c’est toujours un plaisir de se plonger dans son imagination foisonnante. Même s’il emprunte plusieurs éléments au folklore japonais, à sa mythologie des premiers jours, on le sent tout à fait à son aise dedans. Et c’est bien sous une forme noirezienne qu’il nous livre ses scolopendres, ses rivières de cheveux aux grèves de dents et ses bébés au visage de vieillard.

Le Chemin des ombres m’a rassuré après la petite déception Leçons du monde fluctuant. Heureux j’étais de retrouver ces horreurs généreuses. Ainsi que les autres bonnes et belles idées qui parsèment l’histoire. Le récit, en outre, est bien mené et se lit facilement. Dès que ma PAL aura baissé, j’irai certainement voir du côté de son polar historique jeunesse Les Larmes du dragon, dont on dit beaucoup de bien, et j’attends surtout de pied ferme (mais sans impatience, c’est le meilleur moyen d’être déçu) son premier recueil, à paraître fin mai chez Griffe d’Encre : Le Diapason des mots et des misères.

Et puis avec ça, je lorgne de plus en plus vers le dernier Thomas Day : La Maison aux fenêtres de papier, autre fiction se déroulant au Japon.

Allez, pour finir, le quatrième de couverture :

Dans le Japon des premiers âges, la jeune princesse Amaterasu dirige le clan Isanami frappé par la tragédie. Les parents de l’adolescente ont disparu et son frère Susanowo a été exilé dans la forêt. Depuis, il vit comme une bête rongée par la haine. Mais une double menace va les rapprocher. Leur mère, souveraine du royaume des morts, a lâché sur eux ses démons, et la toute puissante Himiko qui règne sur l’empire du Nord a rassemblé l’élite de ses soldats pour détruire le clan. L’intelligente princesse et le farouche guerrier devront unir leurs différences pour survivre sur le chemin des ombres.

Jérôme Noirez
Le Chemin des ombres
Mango / Royaumes Perdus

Publicités

2 Réponses to “Le Chemin des ombres – Jérôme Noirez”

  1. Fais gaffe, on a vu dans ton billet sur Ballard ce qui se passe quand tu affirmes publiquement être déçu par l’œuvre d’un auteur. Ne vas pas nous priver de Noirez aussi !

  2. Ah bah je m’en voudrais.
    Mais il faut voir les compliments que je fais, aussi. Et le sieur Noirez n’a pas pondu assez d’œuvres pour se permettre de s’en aller. Non mais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :